« Nous voulons nous étourdir à force de lampes et de bruit. Tous nos livres, toutes nos actions ne sont remplis que du fracas des jours. Pourtant ce qui nous gouverne - instincts, imaginations, rêves, passions, pouvoir créateur - plonge dans une ombre sans contrôle. Nous implorons, nous espérons la lumière, alors que, par un effet contradictoire, cette obscurité qui nous terrifie nous alimente puissamment.» 

Jean TARDIEU, Les sentiers de la création, vol XXIII, L’obscurité du jour

 

Distortion nous plonge dans un univers post-apocalyptique en noir et blanc, défait de ses limites spatiales et temporelles où des ombres errantes évoluent, guidées par une lumière vacillante.

Les silhouettes, immobilisées par son coup d’œil, suivent les sources lumineuses animées de micromouvements. Renforcé par ces turbulences visuelles, un questionnement métaphysique émerge.


Distortion immerges us in a post apocalyptic black and white univers. A place with no spatial or time boundaries where shadows wander guided by a wavering light.

Moving silhouettes caught by his eye follow the light sources animated with micro movements. From these visual turbulences, a metaphysical question emerges.